Vous êtes ici

Le Cameroun a lancé le Rapport sur l’État de la Population Mondiale 2021


Discours de Monsieur Alamine Ousmane Mey,
Ministre de l"Economie,de la Planification et de
l'Aménagement du Térritoire. Photo/UNFPA 
2021

Le Cameroun a procédé au lancement du Rapport sur l’Etat de la Population Mondiale le 25 mai 2021 à Yaoundé. L’évènement était présidé par Alamine Ousmane Mey, Ministre de l’Économie, de la Planification et de l’Aménagement du Territoire (MINEPAT), assisté de Claude Henri Voltaire, Représentant Adjoint du Bureau Pays de UNFPA au Cameroun et en présence de plusieurs membres du gouvernement et partenaires au développement.

 

Publié chaque année par UNFPA, l’édition 2021 est intitulée « MON CORPS M’APPARTIENT. Revendiquer le droit à l’autonomie et à l’autodétermination ». Ce document de suivi des tendances démographiques mondiales et de plaidoyer a initialement été présenté à la communauté internationale, à New York le 24 avril 2021, par Dr. Natalia Kanem, Directrice Exécutive de UNFPA.

 

Le rapport présente des données recueillies dans 57 pays. Elles montrent que près de la moitié des femmes voient leur autonomie corporelle bafouée. Il se concentre aussi sur la capacité et les moyens des individus de faire des choix concernant leur corps sans peur, violence ou contrainte. De plus, il passe en revue différents types de violations de l’autonomie corporelle parmi lesquels: les grossesses non-désirées, dues à une absence de choix en matière de contraception et les pratiques néfastes à l’égard des femmes et des filles, telles que les mutilations génitales féminines et le mariage forcé.


Discours de Monsieur Claude Henri Voltaire, 
Représentant Adjoint de UNFPA. Photo/UNFPA 
2021

 

Par ailleurs, la situation de privation des droits que dépeint le rapport s’est aggravée avec l’irruption de la COVID-19 qui a, dans certains pays et communités, réduit l’autonomie aux femmes et filles. La tendance observée au niveau mondial est la hausse des cas de violences conjugales, des obstacles aux soins de santé, des grossesses non désirées, des pertes d’emploi et de la déscolarisation.

 

Toutefois, le rapport indique également les efforts engagés dans la lutte en faveur des droits reproductifs portent leurs fruits. Dans bien de cas, ils ont fait chuter le nombre de grossesses non-désirées et de décès maternels. Ils ont aussi ouvert la voie à des vies plus saines et plus productives pour des millions de personnes. Le rapport appelle donc le monde à redoubler d’efforts pour atteindre les trois résultats transformateurs de l’UNFPA à l’horizon 2030, lesquels consistent à:

  • Mettre fin aux décès maternels évitables ;
  • Mettre fin aux besoins non-satisfaits en planification familiale ;  
  • Mettre fin aux violences basées sur le genre et pratiques néfastes, y compris les mutilations génitales féminines et les mariages d’enfants et forcés.   


Vue d'ensemble de la salle de cérémonie.
​​​​​​Photo/UNFPA 2021

L’enjeu du lancement du rapport sur l’état de la population mondiale 2021 au Cameroun est de permettre son appropriation par le gouvernement. Cette initiative renforce le suivi au national, en vue d’atteindre l’accès universel aux droits et choix pour tous en matière de santé sexuelles et reproductive. Le gouvernement camerounais confirme ainsi son engagement à mettre en œuvre le Programme d’Action de la Conférence Internationale sur la Population et le Développement (CIPD) tenue en 1994, ainsi que les récents engagements pris lors du Sommet de Nairobi sur les 25 ans de la CIPD en 2019. Pour ces derniers, le pays dispose déjà d’un plan de suivi de recommandations qu’il s’emploie à mettre en exécution.