Actualités

L’UNFPA Cameroun organise un Atelier de formation sur le plaidoyer pour un meilleur positionnement des jeunes 15 -17 juin 2011

16 Juin 2011

L’UNFPA Cameroun organise un Atelier de formation sur le plaidoyer pour un meilleur positionnement des jeunes dans le Document de Stratégie pour la Croissance et l’Emploi – cadre de référence de l’action gouvernementale pour la période 2010-2020 (DSCE).

L’UNFPA a décidé d’accompagner les organisations de jeunes au Cameroun à se doter d’un argumentaire pour porter le plaidoyer d’un meilleur positionnement de la question des jeunes dans les politiques publiques notamment le Document de Stratégie pour la Croissance et l’Emploi (DSCE) – cadre de référence de l’action gouvernementale pour la période 2010-2020.

Cette action est conduite à titre expérimentale au niveau de six (06) pays africains dans le cadre d’une initiative dirigée par les jeunes pour la promotion et le développement des jeunes en Afrique. Ces six (06) pays sont l’Afrique du Sud, laZambie, le Burundi, le Cameroun, le Ghana et le Sénégal.

L’objectif visé est d’amener un groupe de dix (10) à quinze (15) jeunes leaders à disposer des outils pour une analyse des politiques publiques, à identifier le niveau de prise en charge de la question des jeunes et des adolescents dans les documents de politique économique et sociale en vue d’assurer le plein développement des jeunes, leur participation à la vie économique et sociale et la garantie de leurs droits en matière de santé de la reproduction y compris leurs droits à une prévention à l’infection en VIH/Sida.

Sur la base du diagnostic de l’état de prise en charge des questions relatives aux jeunes par le Document de stratégie pour la croissance et l’emploi – cadre de référence de l’action gouvernementale pour la période 2010-2020, les participants à l’atelier de formation élaboreront un argumentaire et des stratégies pour collaborer avec les pouvoirs publics à assurer un meilleur positionnement des problèmes jeunes dans la politique économique et sociale et une meilleure implication des jeunes dans la mise en œuvre et l’évaluation périodique des politiques publiques.