Vous êtes ici

« Jeunesse et stabilisation : Pérenniser les acquis pour la paix et la sécurité à l’Extrême-Nord du Cameroun et dans le Bassin du Lac Tchad »

Le défi de la pérennisation des acquis de la participation des jeunes dans la stabilisation de la Région de l’Extrême-Nord a alimenté les échanges de la 6e session du Comité de Pilotage du projet Jeunesse et Stabilisation pour la Paix et la Sécurité. Les travaux ont eu lieu à Maroua, sous la présidence du représentant du gouverneur de cette région et en présence des Agences du Système des Nations Unies qui en assurent la mise en œuvre.


Les Femmes Médiatrices pour la Paix en
pleine animation lors des rencontres culturelles et sportives inclusives. Zamaï, Mayo-Tsanaga.
©UNFPA Cameroun/2020
 

C’est sur une note de satisfaction générale que s’est achevée  la 6e session du Comité de Pilotage du projet « Jeunesse et Stabilisation pour la Paix et la Sécurité dans la région de l’Extrême-Nord du Cameroun » (JSPS), tenue le 26 novembre 2020 à Maroua, Les travaux était présidés par Albert Sidi, représentant personnel du Gouverneur de l’Extrême-Nord, président du comité de pilotage dudit projet. Dans son mot d’ouverture de la session, Albert Sidi a souligné la nécessité de réfléchir sur les voies et moyens de pérennisation du projet qui tire à sa fin. Mêmes sons de cloches de la part des participants du PNUD, de l’UNICEF et de l’UNFPA dont les agences assurent la mise en œuvre du projet. Tous confirment que le moment était opportun pour réfléchir profondément sur la pérennisation des acquis du projet et son extension.

En plus de la pérennisation, les parties prenantes à la mise en œuvre du projet JSPS proposent une meilleure exploration de la dimension transfrontalière des interventions, l’approfondissement du volet de la prise en charge psychologique et psychosociale des jeunes traumatisés, l’établissement des actes de naissances pour les enfants enrôlés ou ré-enrôlés dans l’éducation formelle, comme pistes d’amélioration de l’offre de service du projet. Par ailleurs, les résultats des recherches en cours dans le cadre des interventions actuelles ainsi que les expériences tirées des missions de terrain devraient être mis à contribution.


6e session du Comité de Pilotage du projet « Jeunesse et Stabilisation
pour la Paix et la Sécurité dans la région de l’Extrême-Nord du Cameroun »(JSPS),tenue le 26 novembre 2020 à Maroua.
Photo UNFPA Cameroun/2020

Un autre résultat important de la session du comité de pilotage est la prorogation de la date de clôture du projet au 30 avril 2021. Elle était initialement fixée au 31 octobre 2020. Ce report permet de rattraper le retard pris dans la mise en œuvre des activités en raison, entre autres de la pandémie liée au nouveau Coronavirus, de la recrudescence des attaques des éléments de Boko Haram dans les zones de mise en œuvre du projet, ainsi que des inondations dues à une violente saison des pluies. Ces obstacles bien qu’ayant ralenti la mise en œuvre des activités, n’ont pas abouti à leur arrêt complet. C’est ainsi qu’au mois de novembre 2020, l’implémentation des activités affiche un taux de mise en œuvre de 72%, pour 68% d’exécution budgétaire.

Le projet JSPS, cofinancé par l’Union européenne, entend contribuer à la stabilisation pour la paix et la sécurité dans la région de l’Extrême-Nord, à travers des actions visant à

prévenir toutes les formes de violence chez les jeunes les plus exposés à l’endoctrinement, à l’enrôlement et à la rechute dans les bandes armées. Il est mis en œuvre dans 12 localités des départements du Logone-et-Chari, du Mayo-Tsanaga et du Mayo-Sava, les plus exposés aux attaques de Boko Haram.

Pour d’information, consulter https://cameroon.unfpa.org/fr/publications/ysps-news-n%C2%B0004?fbclid=IwAR3tPhF4q4HGsWWKxbkUI2jUwLGs35t9828OUrTALZgAxwwK9kzQeHyd2hE